(5ème partie)

Au bout d'une semaine et demi, nous avons eu la permission de l'emmener l'après-midi.Donc tous les après-midi, à 14 heures pétante, nous étions devant l'albergue à attendre que l'on vienne nous chercher pour voir notre fils.

Et puis, nous avons pu voir ou il dormait et passait sa journée.

1ère photo de Théo sortant avec nous l'après-midi.Ouff!! une étape de plus passé.

mexiquetheo_093

                                    -----------------------------------------

Les bébés de la pouponnière sortaient très peu dehors malgré la température extérieure. Ils les sortaient deux fois par semaine, pour le nettoyage de la pièce. Ce qui fait que théo à très peu vu le soleil. Il faut dire qu'il a eu des problèmes de santé et il a passé pas mal de temps à l'hospital.Je me l'imagine parfois seul, dans son petit lit en train d'attendre qu'une personne vienne le voir.Mon pauvre bébé...

C'est pour çà que je n'arrête pas de le serrer contre moi pour essayer de compenser les 18 mois ou je n'étais pas là. (9 mois de grossesse et 9 mois avant notre arrivée). Souvent je le serre dans mes bras sans rien dire et lui me dit à chaque fois:"moi aussi je t'aime maman"

---------------------------------

Théo dormait dans un lit blanc à grans barreaux en fer.Dans son petit lit il avait sa couverture. Et puis,..rien d'autre.Pas d'oreiller, pas de jeux.

Tous les soirs, c'était un déchirement pour moi de le laisser dans son lit blanc tout seul sans l'amour que je pouvais maintenant lui donner.Tous les soirs je pleurais dès que la porte se fermer derrière moi.Tous les soirs, il ne voulais plus me quittait et pleurait à chaude larmes pour que je le reprenne dans mes bras.

Ceci étant, ils étaient vraiment bien traités.ils étaient une vingtaine environ à la pouponnière.Les plus grands se trouvaient à côté. mon mari aurait bien voulu qu'on ramène une petite fille aussi qui s'accrochait à moi et dont les yeux s'illuminait lorsqu'elle me voyait.Je lui faisait des câlins, je ne sais pas si j'aurait dû parce à chaque fois, dès que theo arrivait, je ne m'occupait plus que de lui. Elle se sentait très seule.Mais c'est avec du recul que je m'en aperçois.Une fois, elle m'a demandait de donner theo a son père pour que je puisse la prendre dans mes bras et je lui ai dit que non parce que mon petit garçon c'était lui alors elle m'a crachée dessus et elle est partie. 

Il y a tant d'enfants qui ont besoin d'amour, de tendresse, d'écoute.... J'aurais dû m'occupait d'elle.... ceci étant je ne pouvais pas la prendre avec nous.Mon mari m'en parle souvent car il aimerait que l'on aille la chercher. Sauf que.... qu'est -elle devenue???

Donc en attente des papiers administratifs qui tardaient nous passions notre après-midi avec notre fils sur la fameuse place ou comme je vous le disez dans la première partie il y a eut plusieurs morts 3 mois après notre départ dû à une "mini" guerre civil.

Théo était heureux de prendre l'air, d'essayer de marcher (il nous faisait cavaler partout).Nous étions tojours courber car il ne voulait pas rester dans sa poussette que nous avions acheter le lendemain de notre première sortie dans les rues avec lui. Il faisait bon, il y avait du soleil. Notre bonheur commencé.

La première chose que je faisais lorsqu'on l'avait l'après-midi c'était de lui enlever ses vêtements et de lui en mettre des, "à lui". J'avais ramener peu de choses car nous pensions  avoir theo qu'à la fin de notre périple administratif et je croyais surtout qu'en deux semaines de  temps cette affaire là serait bouclée.

.......................

En fait, nous avons eu la garde définitive de Théo au bout de trois semaines.Nous avons du changer d'hotel car là ou nous étions, ce n'était pas adapter pour faire chauffer les biberons.Nous avons donc trouver une petite auberge avec cuisine.Nous avions la plus grande chambre, et tous les reste était ouvert. Le matin nous déjeunions donc dehors, je prenais ma douche avec Théo mais dans journées je le plongeais dans un lavabo pour le rafraichir.Nous pouvions laver nos vêtements mais il fallais monter par une minuscule echelle sur le toit pour faire sécher nos vêtements et dans la cuisine, très propre, il ne fallait rien laisser trainer car il y a  des fourmis partout. Nous vivions donc en communauté.Il y avait beaucoup de gens de passage mais Théo était la coqueluche de tous le monde.  Il ya vait toujours une ou deux personnes pour jouer avec lui.

A cette époque là nous dormions avec lui: il y avait deux petits lits que nous avions rassemblés pour en faire un grand. théo dormait donc côté mur, mon mari de l'autre côté et moi au pied de Théo car je ne voulais pas qu'il tombe.

Il s'est vite habitué, mais en revenant chez nous, sur Lille, mon frère m'avait prêté son lit en bois à barreaux.Il n'a jamais voulu dormir dedans. Il avait pris l'habitude .....de dormir avec nous.                

oui, je sais... ce que tout le monde dit, mais rien qu'à l'idée de lui dire non et de l'attendre pleurer dans sa chambre m'étais insuportable. Jusqu'a , il y a 6 mois, il dormait encore avec nous, et puis on lui a fait une chambre de p'tit mec, plus une chambre de bébé.Depuis, il ne faut pas toucher à SON lit. Comme quoi....

..................

Théo dans la chambre de notre hotel.

mexiquetheo_001

mexiquetheo_002

Théo a sucer son pouce jusqu'à ses 18 mois.Ensuite, d'un seul coup.Plus rien...il l'a quitté.

mexiquetheo_091

mexiquetheo_094

C'est donc avec Théo que nous avons continué nos papiers administratifs.

.

.

.