(3ème partie)

........... Après plusieurs aller-retour sur Paris à l'Ambassade du Mexique pour obtenir notre visa, son visa, sa sortie de territoire et sa venue en France nous étions enfin  prêt à partir vers le Mexique rejoindre notre enfant début décembre.

Un courrier du DIF ( département mexicain de Oaxaca) nous informe alors que les bureaux seront fermés durant tout le mois de décembre pour congé et qu'il ré-ouvrira le 2 janvier 2006.

Alors nous attendons et passons Noël en famille pour la plus grande joie de ma mère, qui dépressive, à besoin de nous.

Nous prenons des billets d'avion pour le 31 décembre, c'était la date ou il restait des places dans l'avion, nous ne choisissons pas, nous fonçons.Il y aura bien d'autre nouvel an, de "Bonne Année" à fêter mais là, on n'est plus vraiment présent.

Nous n'avons qu'une hâte partir à 2  et revenir à 3.

Après avoir vérifier X fois, que nous avions tous les papiers pour Théo, pour le ramener, nos pièces d'identités, etc... nous voici enfin, le 31 décembre 2005, à 14h00 dans l'avion. Nous sommes soulagés.ON EST PARTI.

L'avion était plein mais tout le monde somnolé losqu 'une voix anonyme nous souhaita une bonne année 2006.Oh! oui, elle va être bonne cette année puisque notre plus cher souhait allait être exhaussé.......

11h00 de décalage horaire....

Nous sommes donc arrivés vers 23h00 à Oaxaca après avoir fait un changement d'avion à mexico.

Quelle grande ville!

Le temps d'arrivé à l'hotel, il était près de minuit. Nous avions faim mais nous étions trop fatigués pour sortir, faire la fête, fêter notre arrivée et la nouvelle année.Un quart d'heure après, nous dormions.

Le lendemain matin, nous avons déjeuner pour la première fois, sur la place centrale de oaxaca.Cette place ou nous avons joué durant un mois avec théo. Cette place qui ,3 mois après notre départ, connaîtra une mini "guerre civile".Certains seront morts sur cette place. Et aujourd'hui, lorsqu'on lit la presse, on s'aperçoit que la situation est loin de s'améliorer là-bas. Mais ce jour là, elle était belle, on la découvrait, il faisait bon, il y avait du soleil alors qu'en France, la neige tombait et il faisait froid.

En flânant, nous sommes tombés sur une procession.Les couleurs étaient magnifiques.A part ce défilé, tout était calme dans les rues.

mexiquetheo_085

Après un rapide repas, nous avons décidé d'aller voir ou se trouvait Théo.Nous étions le 1 janvier 2006 et nous avions rendez-vous au DIF le lendemain.

El albague "l'auberge" se trouvait tout en bas, derrière le périphérique, dans la partie très pauvre de Oaxaca.Mon fils était là, quelque part. Il y avait plusieurs maisons qui accueillaient des enfants. En passant devant l'une d'entres elles, j'ai dit à Bernard, mon mari:"Il est là. Je le sent, j'en suis sure".Du coup je suis restée très longtemps devant, ...dès fois que.....

Et puis le jour tombait, alors j'ai dû me résoudre à partir ,après lui avoir souhaité "bonne nuit".

Le lendemain matin, nous sommes retournés au même endroit mais les bureaux du  DIF avaient déménagés. Ils se trouvaient maintenant à environ 20 kms en dehors de la ville.

Heureusement pour nous, un jeune couple de mexicain s'y rendait aussi. Nous avons donc pris un taxi.Le chauffeur et eux 2 devant et nous 2 derrière.   Si, si, on peut même monter à 7 ou 8 personnes dans un taxi , y a pas de problème.

C'est courant, c'est comme çà, c'est çà la vie mexicaine.Ya  pas vraiment de règles.

Nous n'avons pas payé grand chose et c'est tant mieux, car cela nous a donné un ordre d'idée de ce que l'on devait payer pour un taxi.Du coup, quand plusieurs taxis ont essayé de nous "arnaquer " sur le prix de la course, qui en générale, était multiplié par 4, on leur disait que l'on était pas dupe et que l'on connaissait le prix. Ils étaient pas contents mais faut pas se laisser faire.

Du coup, par la suite pour éviter d'être confronté à ce problème, nous prenions le bus, plus long mais moins cher et le prix était identique pour tout le monde.